Les origines de la peur du dentiste appelées dentophobie ou stomatophobie

Les origines les plus fréquentes sont “Cognitivo-comportementales” : De mauvaises expériences ou des traumatismes directes ou indirectes sont à l’origine de la peur du dentiste.

origines peur du dentiste

Les psychologues « cognitivistes » considèrent la dentophobie comme un comportement appris et renforcé au cours de la vie du patient.

La nature de l’objet phobogène (les soins dentaires) en lui-même n’est pas essentielle à la compréhension de l’étiologie, c’est-à-dire de l’origine de la phobie du dentiste, mais plutôt les mécanismes cognitifs qui ancrent le patient dans sa phobie des soins dentaires.

On classe en deux catégories les origines cognitivo-comportementales:

1 – La peur du dentiste provoquée par des expériences directes

2 – La peur du dentiste provoquée par des expériences indirectes


La Génétique à l’origine de la peur du dentiste ?

origine génétique

A l’origine de la peur du dentiste, on suppose une composante organique génétique à la dentophobie.

On trouve le plus souvent une origine psychologique à la peur du dentiste (intrapsychique et inconsciente) et, parfois, un facteur familial.


Des expériences traumatisantes sont à l’origine de la stomatophobie

La peur du dentiste provoquée par des expériences en lien directe avec le dentiste.

origines directes dentophobie

En 250, l’empereur Dèce à Rome promulgua un édit qui marque le début d’une nouvelle période de persécution contre les chrétiens. À Alexandrie comme ailleurs, les païens purent impunément donner la chasse aux chrétiens et les tuer comme ils voulaient. Les autorités laissaient faire, et même approuvaient. Comme cette pauvre Apolline a eu la mâchoire fracassée et toutes les dents brisée, elle courut se jeter dans les flammes. Elle est la patronne des dentistes et est invoquée contre les maux de dents.

L’expérience directe est la façon la plus commune de développer des craintes dentaires: Les soins dentaires mal conduits ou très invasifs peuvent conduire à des traumatismes ad vitam aeternam.

Mais nous verrons aussi plus loin que des traumatismes de la vie comme des accidents ou des agressions psychologiques ou physiques (accident de voiture, harcèlement moral, viol) sont aussi responsables par un effet d’association mentale.

La plupart des gens déclarent que leur peur du dentiste a commencé après une expérience traumatisante, difficile, et / ou douloureuse suite à un soin dentaire ou a une piqûre.

Chez beaucoup de patients, la peur des piqûres est souvent limitée aux injections dentaires alors que les piqûres administrées par d’autres médecins sont acceptées sans aucun problème.

Cependant, douloureuses ou traumatiques, ces expériences dentaires ne suffisent pas à expliquer pourquoi les gens développent une phobie dentaire.

La manière de percevoir le dentiste est une variable personnelle importante :

Des dentistes qui ont été considérés comme «impersonnels», «insensibles», ou «froids» par des étudiants de haut niveau d’étude, ont généré une peur même en l’absence d’expérience douloureuse.

A contrario, certains étudiants qui avaient eu des expériences douloureuses lors de soins n’ont pas développé de réactions de phobie dentaire car ils percevaient leur dentiste comme bienveillant et chaleureux.


… mais également des expériences traumatisantes indirectes

Des expériences ou traumatismes indirectes peuvent susciter la « peur du dentiste ».

origines indirectes stomatophobie

Des expériences indirectes ou des traumatismes physique ou psychique peuvent susciter la « peur du dentiste » ou la dentophobie.

1-  L’apprentissage par procuration :

La peur du dentiste peut se développer chez les gens qui entendent parler des expériences traumatiques chez les autres ou qui intègrent des points de vue négatifs de la dentisterie.

2-  Les médias : 

La représentation négative de la dentisterie dans les médias et les dessins-animés peut aussi contribuer au développement de la peur dentaire.

3-  La généralisation du stimulus :

La phobie dentaire peut se développer en tant que résultat d’une expérience précédente dans un contexte traumatique non-dentaire. Par exemple, de mauvaises expériences avec les médecins ou les environnements hospitaliers peuvent amener les gens à craindre les objets photogènes suivants:

–  Les « blouses blanches » : La perception visuelle de ces appareils ou de ces emblèmes, mise en association au vécu lors de consultations antérieures, peut amplifier une anxiété comme un réflexe conditionné. C’est l’une des raisons pour laquelle les dentistes de nos jours choisissent souvent de porter une tenue moins « menaçante » et plus décontractée.

–   Les « odeurs antiseptiques » : La perception olfactive de ces emblèmes, mise en association au vécu lors de consultations antérieures, peut amplifier une anxiété comme un réflexe conditionné.

–   L’odeur d’eugénol : Ce produit a base de clou de girofle a une odeur caractéristique des cabinets dentaires (une substance extraite de l’huile essentielle de clou de girofle, utilisée dans beaucoup de ciments et de médicaments dentaires).

–   Le bruit de la “roulette” : Le son à haute fréquence de la dénommée « turbine », une foreuse à air comprimé à haute vitesse, qui déclenche des crises de panique chez les phobiques du dentiste.

4- Les accidents et les agressions physiques ou psychologiques

Les personnes ayant eu des accidents ou des traumas ayant entraîné une hospitalisation pénible peuvent avoir déclenché une phobie de la souffrance général qui est exacerbée dans les cabinets dentaires.

Des personnes ayant été abusés sexuellement ou agressés ou harcelés physiquement ou émotionnellement peuvent également percevoir les soins dentaires comme un danger du fait de la position “dominatrice” du dentiste sur le patient et de la “pénétration” symbolique dans la bouche.

5-  L’impuissance acquise et la perception de perte de contrôle :

Si une personne croit qu’elle n’a pas les moyens d’influer sur un événement négatif, elle peut expérimenter un épisode “d’impuissance acquise”.

L’impuissance apprise ou la résignation acquise est un terme désignant une condition dans laquelle un individu ou un animal a fait l’expérience d’un comportement proche du désespoir, du renoncement et de la dépression).

La recherche a montré que la perception de manque de contrôle mène à la peur. A contrario, les gens qui peuvent exercer un contrôle sur les événements perçoivent moins la peur.

A contrario, les gens qui peuvent exercer un contrôle sur les événements perçoivent moins la peur.

Par exemple : la certitude que le dentiste va s’arrêter quand le patient donne un signal d’arrêt diminue la peur. L’impuissance et la peur du manque de contrôle peut également résulter d’expériences directes comme par exemple un incident où un dentiste ne se serait arrêté même si le patient a ressenti une douleur évidente.

Par exemple : Les haut-le-cœur (ou une envie de vomir) survenant lors de traitements dentaires sont associés à la peur du dentiste. Dans beaucoup de cas, la dentophobie n’est que secondaire, c’est-à-dire qu’elle se déclenche parce que le patient appréhende d’avoir des haut-le-cœur pendant la consultation qu’il ne pourra contrôler.


EN SAVOIR PLUS SUR LA PEUR DU DENTISTE

Définition de la phobie du dentiste

Les généralités de la peur du dentiste

Les symptômes de cette peur

Les origines de cette peur

Les traitements et solutions

Évaluez votre peur

Chirurgien-dentiste pour patient phobique